garand M1
Garand M1
M1 garand

Je me propose de vous faire découvrir cette arme et une partie de son histoire, aux travers des pièces de ma collection.
Une importante littérature existe déjà sur ce thème, mais en anglais la plupart du temps, hormis une série d’article parue dans " La Gazette des Armes ", il y a peu.
Pour le collectionneur d’objet militaire, une des questions récurrentes, est de savoir si l’objet possédé ou convoité est " bon " et d’époque !
Un cruel dilemme s’il en est, c’est donc pour aider les plus débutants d’entres-nous, que je prends ma plume aujourd'hui’hui.
Et autant commencer par le début !!!

fusil garand M1

Ci-contre :
M-1 Garand, de la seconde guerre premier modèle, fabrication Springfield de l’année 1941. Notez l’absence de la barrette de verrouillage sur la hausse, qui est souvent pris comme preuve de fabrication seconde guerre par les marchands !!!
Alors qu’un type précoce a été utilisé jusqu’en 1942.

Voilà le problème : Je souhaite avoir un Garand historiquement correct, de manière à le faire figurer au côté du magnifique mannequin de Gi, monté à grand renfort d’espèces sonnantes et trébuchantes au grand damne de ma tendre et chère et au grand bonheur des vendeurs !
De nos jours (!), Les bourses aux armes, regorgent de pseudo-spécialistes en armes, qui savent de quoi ils parlent (si si), et vous proposent de magnifiques affaires à un tarif concurrentiel mais somme tout élevé, qu’il s’agisse d’arme neutralisée ou en catégorie de chasse. Alors autant ne pas se faire avoir par ces margoulins, et toujours ce référer à la règle N°1 du parfait collectionneur " si doute il y ‘a, abstinence ’observe ".
Alors pour commencer, durant la deuxième guerre, seuls deux fabricants ont produit du Garand, il s’agit de Winchester Repeating Arms et de Springfield Armory.
Pour Winchester c’est simple sachant que leur fabrication a cessé en juin 1945, tous les Garand estampillés Winchester de A à Z sont d’époques point à la ligne. Pour le bois et les mélanges de pièces, on verra après !
Pour Springfield une seule chose à regarder en premier lieu : Le numéro de série, supérieur à 3888081 (on retient 3.900.000) ... c’est après-guerre !
Et s’il est inférieur bingo ! C’est gagné !

serial numbers winchester et springfield
Ci-contre de gauche à droite quelques exemples de marquages de boîtiers:
deux Winchester fabrication WWII,
Springfield WWII,
IHC après-guerre,
H&R également après-guerre

Par la suite, et toujours avant l’achat, plusieurs choses sont à vérifier, en premier lieu les marquages des petites pièces : WRA c’est du bon Winchester, SA c’est Springfield, HRA c’est Harrington & Richardson Arms, et IHC = Internatinal Harvester Company (oui oui, le fabricant de tracteur), les deux derniers sont après guerre !
Pour le canon il suffit de tirer en arrière le levier d’armement " à pas peur ", si la machine fonctionne, la culasse reste québlo en position arrière, alors évite de mettre les doigts n’importe ou !!!
Une fois la culasse en position arrière, apparaissent les marquages du canon avec une date, il suffit de la lire, chez Winchester pas de date mais en règle générale un joli WR, et lorsque le garde-main arrière est enlevé « WRA D35448 » apparaît sur le dessus du canon, sur une bourse on se contente du WR !!!
Le démontage plus poussé que nécessite le garde-main est à proscrire si on ne la jamais pratiqué !
Après appuis avec le pouce de la main gauche l’élévateur qui fait sailli dans la boîte de culasse et la bloque (la culasse), et en même temps avec l’autre tire la culasse un peu en arrière et laisse le tout revenir en position avant ; et si tu as lu jusqu’à la virgule précédente et pas après parce que trop pressé, cherche de l’Urgo !!!

La culasse c’est marqué dessus comme le P…
Pour les bois, contrairement à certains, il n’y a pas que du noyer, certains fruitier comme le cerisier ont été utilisés mais pas le hêtre ou le sapin !!!
Deusio là aussi il y a des tampons encadrés avec WRA pour deviner ? et SA pour … Surmontant les initiales du contrôleur :

culasse de garand M1 Ci-contre: Culasse SA, WWII. Notez la modification « 12 ».
Springfield Armory : N° de série
SA Stanley P. Gibbs
SPG 1936/Milieu 1940
81-75.000
SA Col. Gilbert H. Stewart
GHS milieu 1940/juin 1942
75.001-700.000
SA Col. Earl Mc Farland
EmcF juin 1942/juillet 1943
700.001-1.800.000
SA Col. George A. Woody
GAW juillet 1943/octobre 1944
1.800.001-3.260.000
SA Gen. Norman F. Ramsey
NFR octobre 1944/novembre 1945
3.260.001-3.900.000

Winchester Repeating Arms : N° de série
WRA Col. Robert Sears
RS juillet 1940/juin 1941
100.501-111.500
WRA Col. Waldemar Broberg
WB juillet 1941/juin 1942
111.501-1.218.971
WRA Col. Guy H. Drewry
GHD juillet 1942/juin 1945
1.218.972-
Fin de la production
marquages sur le bois
Deux crosses de chez Springfield, NFR et GAW
emprunt des gazs
D
étail de l’emprunt à gaz à pourtour chromé après-guerre, et à droite sans chromage de la deuxième guerre
canon de garand M1
Marquages de deux canons S.A. à G., de 1941 ; et à Dr., de 1945

Les marquages figurent en avant de la crosse, sous l’arrière du boîtier culasse (voir photos ci-dessus), et nul part ailleurs, si un tampon RIA est présent en plus, cela indique que l’arme est passé en réparation, ou plutôt en reconstruction chez Rock Island Arsenal.
On y trouve aussi le tampon d’épreuve et d’acceptation.
marquages sur le bois

Ci-contre :

  • à Gauche. tampon d’épreuve à l’intérieur de la poignée pistolet
  • à Droite. tampon d’acceptation et réception par le matériel sur la calotte de la poignée pistolet

Il est évident, que ces données doivent correspondre avec le numéro de série de l’arme en terme de production et avec la date du canon et dans ce cas on observe soit une corrélation exacte ou deux à trois mois de différence !
Pour la faire aux revendeurs de tous poils voici d’après moi ce qu’il faut faire, et je n’ai pas la vérité vraie, il y a peut-être mieux, mais en attendant !
UN, ne pas éduquer le vendeur, bref le laisser dans son ignorance, ça évite la valse des prix.
DEUX, trouver un ensemble bois/boîtier culasse/culasse/canon homogène, le plus dur quoi !
Une fois trouver le bonheur, trouver les défauts : pièces italiennes (souvent marqué PB), rouille, bois marqués et sales pas très compliqué à faire, et négocier le prix vers le bas mais pas trop quand même !!!
Compter environs de 2000 à 2300 FF pour un neutra. mais pas plus. L’ensemble pontet-détente on s’en fou ce n’est pas très cher et facile à trouver, pareil pour l’emprunt à gaz.

garand M1
1- Les numéros de séries attribués pour la seconde guerre
M1 garand

Firmes :
N° de série :
Springfield 1-100.000
Winchester 100.001-165.000 / 165.500*
Springfield 165.501* / 165.001-1.200.000
Winchester 1.200.001-1.357.473
Springfield 1.357.474-2.305.849
Winchester 2.305.850-2.655.982 / 2.655.849*
Springfield 2.656.149 / 2.655.983-4.100.000 / 4.200.000*
Rock Island Arsenal X2.655.982-X2.656.148*

Les numéros de séries indiqués en écriture normale sont ceux communément admit, ceux en gras tiennent comptent d’une série attribuée à R.I.A. devant servir pour des armes d’essais et des reconstructions à partir de Garand abîmés, mais présente un trou de production entre X2.655.849 à X2.655.982 !
Les numéros de boîtier culasse, sont assignés de manière à ne pas avoir de double numérotation, en théorie car pour ce qui est de la pratique il y a eu des doublons. La production de Springfield cesse approximativement au numéro 3.900.000, pour l’instant le numéro le plus haut connu est 3.888.081, alors allez voir le vôtre il est peut-être au-dessus !!!
Car l’ensemble de mes sources, provient en majeure partie des States, seulement il est possible chez nous de trouver mieux !
Principalement en pièce de « grenier », et quelques fois sur des bourses !!!

garand M1
2- Numéro de série et date de fabrication
M1 garand

Firme : Springfield Armory:
Années :
Premier N°
Dernier N°
1937 81 1034
1938 1035 6972
1939 6973 23.567
1940 23.568 100.000
1940 165.501 169.073
1941 169.074 429.811
1942 429.812 1.090.310
1943 1.090.311 2.420.191
1944 2.420.192 3.359.159
1945 3.359.160 3.888.081

Firme : Winchester Repeating Arms Co.

Années :
Premier N°
Dernier N°
1941 100.001 137.960
1942 137.961 165.500
1942 1.200.01 1.276.102
1943 1.276.103 1.380.000
1943 2.305.850 2.364.642
1944 2.364.643 2.533.142
1945 2.533.143 2.536. ???
1945 1.600.0 1.640. ???

Il est possible de connaître le mois de production pour chaque année en fonction du numéro de série,
mais le tableau étant trop "volumineux ", les personnes intéressées peuvent me contacter par E-Mail.

Maintenant plus compliqué, il existe d’autres numéros, le " Drawing Number " et le " Revision Number ".

Le premier est traduisible par numéros de nomenclature et le second par numéros de modification.
Je m’explique, par exemple le numéro. de nomenclature de la culasse est D28287 (pour la seconde guerre) suivit d’un tiret et d’un chiffre correspondant à la modification puis les initiales du constructeur !
Si vous avez suivit ça donne par ex. : D28287-I W.R.A, pour une culasse de chez Winchester de première modification et par ex. : D28287-2 S.A, pour une culasse de chez Springfield de deuxièmes modifications, et pour les culasses les modifications d’usinages vont jusqu’à douze. Après guerre lorsque le Garand est remis en production (en 1953) on supprime le N° de modification et est rajouté le nombre 65 en avant, ce qui donne : D6528287 H.R.A ou I.H.C ou S.A., et là le déclic de matos après-guerre doit s’opérer !
En dessous de ce numéro de nomenclature on peut rencontrer un couple de lettre et de chiffre, par ex. : RE 2, il s’agit simplement du fournisseur du métal ayant servit à faire la culasse et de son numéro de lot, dans le cas présent : Republic Steel Corporation et le numéro de lot.

Ci-dessous: Vue éclaté du boîtier de culasse, ses pièces et ses " Drawing Numbers "
eclaté boitier de culasse

eclaté canon et emprunt des gazs
Ci-dessus: Vue éclatée du canon et de l’emprunt des gaz, avec ses " Drawing Numbers "
Et maintenant, les organes de visée, d’abord arrière :
La hausse, facile, il y a une barre de verrouillage externe qui n’est pas présente sur les armes après-guerre !
Voilà ce que plupart des gens savent !
Mais ce n’est pas vrai, ils y’en a trois de différents et mieux qu’un savant discours voilà trois photos :
hausse flush nut
Le premier type dit " Flush Nut "
hausse locking bar
Le plus connu dit " Locking Bar "
hausse  montée après guerre
L
e modèle après-guerre
eclaté hausse garand
Ci-dessus : Vue éclatée de la hausse et ses numéros de nomenclatures.

L’ensemble emprunt des gaz et guidon avant a connu lui aussi son lot de modification, cependant on retiendras deux modèles, bien qu’un modèle « Post-War » existe mais la différence est plus que minime, diamètre des trous sur les oreilles.
Par contre pour l’emprunt des gaz, la vis est importante, car elle existe en deux variantes, avant et après 1942*.

les différents guidons de garand
Ci-dessus : De gauche à droite ; guidon et vis premier type de Garand « Pre War », vue arrière du mode de fixation du guidon à lame et du bouchon de protection ; guidon et vis second type à valve, vis Allen de fixation du guidon à lame.

De plus noter sur l’emprunt à gaz de gauche une fente servant de sécurité pour l’échappement intempestif de gaz en cas re rupture de l’emprunt (également ci-dessous).

emprunt des gazs de garand
Ci-dessus : A gauche, le premier type d’emprunt des gaz, et à droite le deuxième

La deuxième cruciforme (nommé Poppet), dissimule une valve qui à pour rôle de boucher l’orifice d’emprunt des gaz lors de la fixation du lance-grenades, et du tir de celle-ci, car la monté en pression n’est pas la même que pour la munition standard, et si l’arme absorbe le recul, ou plutôt le tireur la culasse et son levier d’armement, bonjour le tatouage Springchester !!!
Donc embout lance-grenades M-7 monté = tir à réarmement manuel !
Après guerre le lance-grenades est modifié pour permettre le tir semi-automatique.

Ci-dessous : Vue éclatée de l’emprunt des gaz, et " Drawing Numbers "
eclaté emprunt des gazs

Pour l’ensemble pontet-détente il faut privilégier le modèle fraisé (voir photo) au modèle estampé, ce dernier n’étant pas forcément mauvais sur un Garand seconde guerre car adopté fin 44 ! Mais bon c’est plus joli avec l’autre.

détente / pontetCi-contre : Ensemble détente/pontet de premier modèle fraisé.
Ci-dessous un éclaté du pontet
eclaté du pontet

marteau du garand M1
Numéro de nomenclature du marteau,
fabrication Springfield de 5 modifications
drawing number M1
Détail du drawing number de fabrication S.A.
sureté du garand M1
S
ûreté et son numéro de nomenclature,
4 modifications de chez Winchester.

pontets du garand M1
Ci-contre : les deux types de pontets, à gauche le modèle fraisé et à droite le modèle estampé.

Pour la culasse en elle-même on relève jusqu’à douze modifications d’usinage, mais rien de vraiment flagrant,
c’est pour cela qu’il faut veiller à sa provenance (bon fabricant), c à d pas de 65 en avant du numéro de nomenclature et quelle provienne de chez S.A. ou W.R.A.

eclaté culasse
Ci-dessus : Vue éclatée de la culasse, ses petites pièces et " Drawing Numbers "

Arrivé à ce stade il reste, à voir les bois en détail, ses marquages étant déjà traités.
Pour les bois il existe aussi quelques différences avant et après 1942* :

différence de bois devant et derrière
Ci-dessus :
Fixation du garde-main arrière premier modèle rainuré et fraisé
fixation du garde-main arrière deuxième modèle plat et estampé
Fixation de jonction garde-main avant/arrière à gauche profil arrondi à droite profil plat.

canaux dans le bois
Ci-dessus :
Bois inférieur à canal long d’avant 42*, causant des problèmes lors du va et vient avec le levier d’armement et sa tige
I il est raccourci par la suite pour y remédier voir photo de droite.

Le premier modèle " Gas Trap " ou Garand M-1936, a une plaque de couche sans portière et donc sans emplacement de nécessaire de nettoyage

eclaté du bois
Ci-dessus: Vue éclatée du bois
Je conseil la lecture de " M1 Garand 1936 to 1957 – Wartime Production " par Craig Riesch aux éditions North Cape Publications, disponible à la boutique Le Hussard ou chez E.S.P. l’ouvrage vous dira tout sur les bonnes pièces à trouver ou à mettre dans votre Garand !!! Voilà j’espère vous avoir appris un ou deux trucs sur le Garand !!!
Tout étant égal par ailleurs, les U.S améliorent tous au long de la guerre leurs techniques de fabrications, toujours plus, mieux, et plus vite … Ce qui fait que beaucoup de pièces sont modifiées, simplifiées ou renforcées !
Par exemple rien que pour le levier d’armement il existe trois variations ! Variations qui ont été monté en seconde monte ou à l’origine, et bien souvent par le deuxième ou premier échelon.

Mais, grâce aux archives des fabricants on peut savoir qui va avec quoi ou et comment, notamment avec l’ouvrage pré-cité, quand je vous dis que c’est un bon bouquin que celui-là !!!
Cependant il faut dire qu’un M1 Garand complet avec toutes ses bonnes pièces, ça ne se trouve pas sous les sabots d’un cheval, loin de là d’ailleurs ! Et il vaut plus cher qu’un des philippines avec crosse en bois " précieux " et plein de pièces de reçupération, ou que son homologue sauce napolitaine …
Avant de conclure, un petit mot sur la finition, elle est du type parkérisé pour l’ensemble des pièces, la parkérisation intervient avant le montage de l’arme, donc un modèle non restauré doit présenté des teintes différentes ! Et pas une belle finition trop homogène ! De plus au moment de la restauration il est généralement obligatoire de reprendre les surfaces métalliques abîmées, ce qui fait que les arrêtes son moins vive voir arrondie, donc méfiance au Garand trop neuf ! Après tout une arme de plus de cinquante ans et quel que soit son mode de stockage ne présente pas d’aspect sorti de caisse !!!
De plus certains Garand présente une teinte " duotone ", la partie arrière de la boîte de culasse est plus foncée que la partie avant, ceci est du au fait que la moitié arr. de la boîte recevait un traitement visant à diminuer sa fragilité (probablement pour le tir F.L.G.), par immersion dans du plomb ; ce traitement persiste après une restauration et donc la nuance.

finitions du garand M1
Ci-dessus: Finition parkérisé original d’un M1-Garand et Finition " Duotone ", d’un fusil M1-Garand

Dans le prochain article je traiterai de son mode de fonctionnement ou cinématique pour les puristes, ainsi que du démontage de l’arme, puis nous verront les accessoires de l’arme.
Voilà pour cette fois, j’en vois déjà plus d’un totalement atterrés devant un Garand tout démonté !!!
A la recherche d’un bon numéro quelque part, mais c’est pas grave !!!

P-S : Une autre astuce concernant les bois, pour les Garand provenant d’Italie, ceux-ci ayant adoptés, comme tous pays membres de l’OTAN le calibre 7,62, ils ont modifié ce dernier dans mon deuxième, avec pour faire bonne mesure un chargeur à la M14. Ce qui nous donne un bois raccourci !
Souvent le bois d’origine ou un " sale " bout de hêtre à la place, mais toujours trop court quand ont refait un Garand avec ! Le morceau manquant étant remplacé par une cale de bois approximative pour faire comme …
Alors tout marquage de type PB est à proscrire si vous aimez les bonnes choses, le pire dans cette histoire c’est qu’après tout un Garand italien est aussi intéressant qu’un autre (Norvégien par ex .), mais bon nos margoulins trouvent plus lucratif de vous fourguer un VRAI de VRAI garandi 06/06/44 du soldat Riant, en bricolant un peu.

Les collectionneurs U.S., diffèrent plusieurs variantes du Garand, certaines différences étant vraiment subtiles. Mais il faut retenir en gros :
• Le Garand dit « Gas Trap », ou Garand M-1936, introuvable ! Du moins chez nous.
• Le Garand dit « Gas Port », le modèle présenté ici, ou ont différencie deux types, dit Garand « Pre War » et le Garand M-1942, les deux variantes étant dit « WWII Era ».

les deux types d'emprunts Ci-contre : En haut, Garand M-1936 dit " Gas Trap", en bas Garand M-1942 dit " Gas Port"

Le modèle " pre war " étant celui illustré en début d’article, avec découpe supplémentaire sur l’emprunt des gaz et hausse avec " Flush Nut " et bois à canal long.

Sources :
• A Collector’s Guide to the M1 Garand and the M1 Carbine, par Bruce N. Canfield.
• The M1 Garand : Owner’s Guide, par Scott A.Duff.
• The M-1 does MY talking !, par Robert Bruce.
• Know Your M1 Garand Rifles, par E. J. Hoffschmidt.
• The Fighting Garand Owner’s Manual, par
Nolan Wilson.
• U.S. Infantry Weapons of World War Two,
par Bruce N. Canfield.
• La série de TM sur le M-1Garand.
M1 Garand and the M1 Carbine
Auteur : M. Ancel Christophe

E-Mail : chrstancel@aol.com

cliquez pour imprimer cette page Imprimer cette page

<< Retour aux documents de calligari.net

armes à feuPlan du site sur les armes